• Quelques remarques sur ce texte savoureux.

    Ce passage présente le "héros" sous le double signe du sublime et du grotesque (symbolisé sans doute par les "deux flèches indiquant simultanément deux directions opposées" de la casquette). Le vocabulaire soutenu, la syntaxe travaillée, contrastent avec la caricature du personnage. Le magnifique zeugme : "pleins de désapprobation et de miettes de pommes de terre" figure ce mouvement qui rabaisse le spirituel au matériel.

    Cet incipit reprend clairement le début de Madame Bovary : la casquette surtout rappelle Charles arrivant dans la classe. On a aussi la même structure de portrait descendant qui accentue la tonalité déceptive de la caricature. Cette inscription dans une tradition littéraire, qui pourrait élever la valeur du texte, est traitée sur le mode de la parodie : ce roman ne sera pas celui d'une élévation littéraire visant le sérieux, mais d'un rabaissement systématique visant l'humour et le détachement.

    Le personnage adopte enfin la même posture que le lecteur : nous regardons Ignatius comme il regarde la foule "à la recherche des signes de son mauvais goût vestimentaire". Cette mise en abyme établit un étrange effet de miroir entre ce anti héros et nous-même. C'est notre propre image que l'auteur s'amuse à dégrader dès sa première page... qui semble ainsi s'apparenter à une invitation à l'autodérision.


    votre commentaire
  • Le discours libertin pervertit dans ce passage le discours moraliste. En reprenant son vocabulaire, mais aussi ses tournures de phrases (sentences et maximes au présent de vérité générale), le discours libertin effectue un travestissement plaisant. Le discours moraliste est utilisé comme un masque que le libertin met à nu. C'est le geste libertin par excellence qui est mis en oeuvre dans cette stratégie : le dévoilement. On voit à quel point l'érotisme stimule l'esprit plus que le corps chez Crébillon. L'érotisme est même le moyen de faire passer du plaisir du corps au plaisir spirituel, il est l'occasion de s'élever comme Clitandre élève son langage pour séduire.

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique